Les artéfacts :

L'IRM FRANCOPHONE  
 

IMAGERIE :
 

Cet artéfact est l'un des plus étonnants de l'IRM mais aussi une des plus facile à identifier et ansi à éliminer.

Il se manifeste par la projection d'une surface qui est hors du champ de vue de façon controlatérale sur l'image. Il apparaît donc lorsque le champ de vue est plus petit que la zone examinée.

En pratique, nous retrouvons cet artéfact uniquement dans le sens de codage de la phase, en réalité il existe aussi dans le sens de codage en fréquence mais il est plus facile à supprimer...

             
             
MECANISMES :
Les repliements dans le sens de la phase et celui de la fréquence sont issus de 2 mécanismes différents :
    repliement dans le sens de la fréquence :  
   

Il est due au fait que pour échantillonner correctement un signal, il faut que la fréquence d'échantillonnage soit au moins deux fois supérieure à ce signal. Dans le cas contraire le système pense avoir affaire à un signal dont la fréquence est plus faible.

En IRM les points sont rangés sur la matrice en fonction de leur fréquence. Ainsi, une fréquence trop grande (situées hors du champ de vue) peut être prise pour une fréquence plus petite et être représentée sur l'image... Elle ne devrait pas car elle est située hors du Fov.

             
    repliement dans le sens de la phase :  
    Le système code les colonnes de l'espace de Fourier sur le cercle de trigonométrie.
   

Ici, l'image est codée selon 8 phases qui sont réparties sur le cercle de trigonométrie.

Sur ce cercle, la zone A possède le même décalage de phase que la zone 8. De même que la zone B est déphasée comme la zone 1. Sur l'image finale, les zones A et 8 d'une part et les Zones B et 1 d'autre part seront superposées.

   

Les phases qui codent l'image (matrice en phase) sont réparties sur le cercle de trigonométrie de O à 2p.

Ainsi, les zones qui sont à l'extérieur de l'image ont des phases qui sont supérieures à 2p, elles sont codées telles que si elles avaient la même phase moins 2p.

De cette façon, une zone dont la phase réelle est de 5p/2 est codée avec une phase de p/2. Les zones 5p/2 et p/2 se superposeront donc sur l'image obtenue.

             
SUPPRESSION DE CET ARTEFACT :
             
    repliement dans le sens de la fréquence :  
   

Dans le sens de codage en fréquence, l'artéfact de repliement est facile à supprimer.

Il suffit d'utiliser un filtre passe bas qui supprime les fréquences supérieures à la demie fréquence d'échantillonnage (=fréquence de Nyquist), ou de réaliser un sur échantillonnage dans le sens de codage en fréquence. Cela est très peu coûteux en terme de temps.

Ces méthodes n'étant pas préjudiciables pour le temps d'acquisition ou pour la qualité de l'image, elles sont utilisées de façon systématiques et transparentes pour l'opérateur. Elles sont donc non manipulateur dépendant.

    repliement dans le sens de la phase :  
   
D'une manière générale, il est plus difficile de supprimer cet artéfact dans le sens de codage en phase car cela va affecter le temps d'acquisition et/ou la qualité de l'image.
visualiser le schéma augmentation du Fov :

Pour conserver une taille de pixel identique et donc le résolution spatiale, il faut augmenter la taille de la matrice. Cela augmente de façon proportionnelle le temps d'acquisition.

Si la taille de la matrice n'est pas modifiée, le rapport signal/bruit augmente mais la résolution spatiale est fortement affectée.

visualiser le schéma utilisation de pixels rectangulaires :

Il est possible d'utiliser une matrice asymétrique. C'est à dire que l'on augmente le champs de vue pour supprimer l'artéfact, on augmente la matrice en fréquence (ce qui coûte peu en temps d'acquisition) pour protéger la résolution spatiale mais on garde le même codage en phase pour ne pas affecter le temps d'acquisition.

En fin de compte, le fov reste carré, la matrice est asymétrique, les pixels sont donc rectangulaires.

Cela diminue tout de même la résolution spatiale en augmentant le rapport signal/bruit.

visualiser le schéma systèmes de suréchantillonnage en phase :

La plus part de ces systèmes doublent artificiellement la taille du champ et la matrice dans le sens de codage en phase. En réalité l'image obtenue garde sa taille originale.

Cela ne coûte pas plus cher en terme de temps car le système ne remplit qu'une ligne de l'espace de Fourier sur deux à chaque acquisition.

C'est pourquoi pour pouvoir activer une telle option, il faut que la séquence soit programmée avec au moins 2 excitations (=2 Nex). Le nombre de Nex correspond au nombre de remplissages successifs de l'espace K.

Cette solution est donc transparente en terme de temps mais le rapport signal/bruit est un peu affecté.

visualiser l'animation

Utilisation d'antenne de surface trés petite :
Pour des zones d'explorations trés précises (atm, orbites...) si on utilise une antenne trés adaptée les zones devant se replier de donnent pas de signal et de ce fait, cela ne se voit pas.
 

 

 
 
Administration - Plan du site - Contactez nous