Les artéfacts :

L'IRM FRANCOPHONE  
 


Comme son nom l'indique cet artéfact est du au mouvements du patients. Ces mouvements peuvent êtres physiologiques (péristaltisme, respiration, battements cardiaques...).

             
    IMAGERIE :  
     

Cet artéfact se traduit par un flou de l'image dans le sens de codage en phase et/ou dans le sens de codage en fréquence.

Il se traduit le plus fréquement par l'apparition d'images fantômes de la structure en mouvement dans le sens de cogade en phase.

             
 
 
             
    MECANISMES :
     

Le flou est du à ne dispersion du signal dans les 2 directions de codage.

Les images fantômes n'apparaissent que dans le sens de codage de la phase. En fait les différents gradients permettent de localiser dans l'espace le signal. Le gradient de fréquence est très rapide, il n'est donc pas perturbé par les mouvements, le gradient de fréquence lui est appliqué à chaque TR, il est donc sensible au mouvement d'une ligne de l'espace de Fourier à l'autre.

En fait chaque gradient est bipolaire pour compenser les déphasages qu'ils induisent : cela est suffisant pour les protons stationnaires mais les protons en mouvement restent déphasés et ainsi ils sont codés de façon aberrante dans l'espace de fourier.

 
             
    SUPPRESSION DE CET ARTEFACT :
  visualiser le schéma

La première façon la plus évidente est de supprimer le mouvement ou du moins de le limiter. Pour ceci nous allons utiliser une contention appropriée, nous allons réduire le temps de la séquence (notamment en imagerie abdominale avec la possibilité de faire des séquences en apnée).

       
L'utilisation de la synchronisation (cardiaque ou respiratoire) permet de s'affranchir des mouvements physiologiques périodique. Le choix du Tr est choisi parmis les multiples du cycle que l'on veut synchroniser (onde R-R ou 2 expirations). Cette technique a permis l'essor de l'imagerie abdominale et surtout de l'imagerie cardiaque.
  visualiser le schéma

L'utilisation de gradients de compensation de flux permet de réduire les artéfacts dus vaisseaux. Il s'agit en fait d'un lobe qui est rajouté au gradient de sélection de coupe et de lecture pour s'affranchir du fait que la bipolarité de ces gradients ne suffise pas à compenser les déphasages qu'ils induisent sur les protons en mouvements. De ce fait le Te minimum est forcement rallongé.

visualiser le schéma

Les bandes de présaturation permètent de supprimer le signal sur lesquelles elles sont disposées. Ainsi, si ces endroits sont en mouvement, ils donneront beaucoup moins de signal donc d'artéfacts.

visualiser le schéma
De la même façon, si une bande de présaturation est appliquée en amont d'un vaisseau qui traverse une coupe, au moment du recueil du signal, le sang dans ce vaisseau sera présaturé et ne donnera pas de signal donc pas d'artéfact.
visualiser le schéma
L'allongement du Tr et l'augmentation du nombre de NEX ne va pas supprimer cet artéfact mais va espacer les images fantômes et pourquoi pas les faire sortir de l'image. (attention de ne pas changer la pondération et ne pas augmenter de trop de temps d'acqisition.
  visualiser le schéma

 

 

Du fait que ces images fantômes ne se propagent que sur l'axe de codage de la phase, en inversant la direction de codage de la phase et de la fréquence, les artéfacts se projètent selon l'autre axe. (hors de structures d'intéret).
 
 

 
 
Administration - Plan du site - Contactez nous