Les artéfacts :

L'IRM FRANCOPHONE  
 

IMAGERIE :

Cet artéfact d'un mécanisme de formation assez facile à comprendre n'est pas évident à identifier sur une image IRM.

Il se traduit sur l'image par un déplacement des protons de la graisse et de l'eau au niveau des interfaces graisse/eau le long de l'axe de codage en fréquence.

Il peut se confondre avec un artéfact de mouvement à ceci prés que cet artéfact se propage dans le sens de la fréquence et que celui de mouvement se propage dans le sens de la phase. Il suffit d'inverser la phase et la fréquence pour apporter une confirmation.

       
MECANISMES :

Cet artéfact est du au fait que la localisation spatiale des protons se fait selon leur phase et selon leur fréquence (vitesse de rotation).

Les protons de l'eau et de la graisse, pour un champ magnétique égal, ne vont pas avoir la même vitesse de rotation. Ils ont donc une fréquence qui va être différente.

Le système va alors penser qu'ils ne sont pas localisés au même endroit sur l'axe de codage en fréquence.

Cet artéfact est donc l'effet de ce décalage artificiel des protons de l'eau par rapport à ceux de la graisse.


Sur l'image, cela se traduit par une bande noire et une bande blanche de part et d'autre d'un tissu riche en eau au sein d'un tissu riche en graisse.

Cela s'explique du fait qu'une zone voit se superposer le signal issu des protons de l'eau et celui issu des protons de graisse. De l'autre côté du tissu riche en eau une zone se retrouve artificiellement sans signal.

SUPPRESSION DE CET ARTEFACT :
       
   
Du fait que la différence de fréquence de rotation entre les protons de l'eau et ceux de la graisse augmente avec le champ, plus le champ est élevé, plus cet artéfact est marqué.
 
Si on augmente la bande passante du signal, à matrice constante, chaque pixel correspond à une fourchette de fréquence plus grande, l'artéfact est donc moins marqué.
 
Si on utilise une saturation de graisse, cet artéfact est par la même suprimé.
 

 

 
 
Administration - Plan du site - Contactez nous